Accueillir un parent âgé chez soi, quelles aides ?

0
1901

Avec l’âge, certaines personnes ne deviennent dépendantes. Plusieurs solutions se dessinent, séjour en maison de retraite ou aide à domicile, des formules qui ne font pas forcément l’unanimité. La question de les accueillir chez soi se pose alors, et avec elle d’autres interrogations auxquelles il faut prêter attention, notamment financières.

Faire une place à un nouvel arrivant

Difficile de dire si l’arrivée d’un parent âgé conviendra à tous. Un adulte célibataire peut apprécier la présence d’un ou de ses parents, les enfants aimer avoir près d’eux leurs grands-parents, mais lorsqu’il s’agit d’un couple, cette intrusion peut être mal vécue ou difficile. En plus des bouleversements personnels que cela comporte, il faut prendre en compte qu’une telle démarche a un coût, coût qui est d’ailleurs souvent à l’origine de la décision. Quand l’alternative de la maison de retraite est impossible, car trop chère, il ne reste que peu de solutions.

S’il n’y a pas de problème financier, il s’agira simplement de permettre à chacun d’évoluer individuellement et de conserver intimité et liberté afin que la cohabitation se passe bien.

Les impératifs

Cela inclut par exemple que le logement puisse aisément accueillir tout le monde, ce qui n’est pas toujours le cas, notamment dans les grandes villes, et c’est cette promiscuité qui peut parfois faire s’envenimer les choses. C’est parfois aussi un fort sentiment de culpabilité, attisé par la personne âgée elle-même, qui peut forcer les enfants à mettre de côté leur vie au profit de celle du parent. Ce sacrifice familial et personnel peut avoir de lourdes conséquences sur la vie privée. A étudier également avant de prendre une décision, les avantages et inconvénients sur le plan financier.

Les aides financières

Il est possible de déduire des revenus imposables une somme forfaitaire qui représente les dépenses engagées au titre de l’hébergement et de la nourriture. Il est inutile de fournir des justificatifs pour ces sommes. La déduction est égale à 3 386€ pour l’année 2014. Pour en bénéficier, le parent accueilli ne doit pas avoir de ressources au-delà de l’allocation supplémentaire d’invalidité, ou doit être âgé de plus de 75 ans et disposer d’un revenu imposable inférieur ou égal au plafond de ressources pour bénéficier de l’allocation de solidarité aux personnes âgées.

Si le parent accueilli est invalide, il y a la possibilité de choisir entre cette déduction d’impôt ou son rattachement au foyer fiscal. Cela ouvre droit à une part supplémentaire de quotient familial.

Si l’accueil concerne une personne de plus de 75 ans qui n’est pas un ascendant, il est aussi possible de déduire des revenus une somme forfaitaire représentant les frais engagés pour elle.

PARTAGER
Rédactrice Web & Bénévole chez Axonpost.com pour ma veille personnelle et professionnelle.

Laisser une réaction