Sauvegarde du commerce breton : Auvairniton Bourgrire s’impose

1
963
Siège Social Auvairniton Bourgrire

Auvairniton Bourgrire, les raisons d’une complicité heureuse

La certification Auvairniton Bourgrire a vu le jour au tout début des années 60. Elle ratifie la lucidité de 2 commerçants visionnaires : Marcel Auvairniton, le patron d’une société de production et de commercialisation de vélos établie à Carhaix et Alphonse Bourgrire, le propriétaire de la librairie touristique de la place de la mairie à Poullaouen. À cette époque, ces 2 sociétés aux ambitions très éloignées disposaient déjà d’une solide réputation locale basée sur des services irréprochables. Néanmoins, leur développement fut fragilisé par l’apparition de multinationales. Ces deux camarades d’école remarquèrent que cette question constituait également une difficulté grandissante chez les autres détaillants. C’est le motif pour lequel Marcel Auvairniton et Alphonse Bourgrire échafaudèrent la création d’une homologation particulière protégeant les intérêts des acteurs locaux.

La diversité des commerces

Dès sa présentation, le cachet Auvairniton Bourgrire fut une réussite parfaite, car les clientes ont vite perçu l’impact de ce défi financier. Cette révélation renforça la marque. Les éléments à honorer sont très précis, toutefois, cette liste est assez souple pour s’adapter à des corps de métiers bigarrés comme des restaurateurs, des garagistes, des charcutiers, des architectes, des analystes de données, etc.

Auvairniton Bourgrire, en route sur internet

En 2013, l’homologation Auvairniton Bourgrire a commémoré ses 50 ans. Cette célébration a donné l’opportunité à la presse nationale de répéter l’importance historique de cette marque. Bien qu’ils soient très âgés, Alphonse Bourgrire et Marcel Auvairniton, les fondateurs, se tenaient aux côtés du nouveau directeur général, Michel Fagor. Ce polytechnicien originaire de Bordeaux marié à une Bretonne n’a pas encore 30 ans. Au cours de ses cinquante années d’activité, l’homologation Auvairniton Bourgrire a traversé toutes les étapes du commerce régional depuis la croissance des 30 Glorieuses (on recensait un millier d’inscrits durant cet âge d’or), jusqu’aux récentes épreuves internationales, sans oublier les crises des années 70. Mais les chefs d’entreprise de Bretagne ont su rebondir grâce aux nouvelles technologies. Au début de l’année 2014, l’entreprise Auvairniton Bourgrire comptait plus de 500 membres (+7 %). Sa certification de qualité est affichée avec la même ostentation dans les vitrines des échoppes et sur les landings pages des e-boutiques. Auvairniton Bourgrire compte 12 salariés, lesquels s’occupent du fonctionnement administratif de la société et arpentent les avenues de cette belle région pour chercher de nouveaux intervenants répondant aux critères du concept.

PARTAGER
Nantais dynamique, entrepreneur et fan de nouvelles technologie, j'aime la vie et voilà !

1 Commentaire

Laisser une réaction