Bloctel : la solution contre le démarchage téléphonique ?

0
696

Le 1er juin prochain, l’Etat inaugurera Bloctel, une plate-forme qui permettra de se protéger contre le démarchage téléphonique et les arnaques. Peut-on croire à la fin du harcèlement commercial par téléphone.

Plus d’un million de signalements en 2015

De l’abonnement à un bouquet de télévision payant aux réductions à ne pas rater d’une boutique en ligne, chaque jour, des milliers de Français subissent le démarchage commercial un téléphone. Au milieu de ce commerce, de nombreuses arnaques qui ont poussé le gouvernement à réagir afin de protéger davantage les particuliers. La solution, la plate-forme Bloctel, un nouveau service supposé supprimer ces sollicitations.

Il faut dire que ce type de communication est très prisé des entreprises qui peuvent ainsi s’adresser directement aux consommateurs et à moindre coût. Les centres d’appels sont désormais souvent délocalisés à l’étranger, là où la main d’œuvre est bien moins chère ! D’après un magazine, SFR, Engie et Canal + sont les sociétés qui ont le plus recours à ces méthodes. Elles ne semblent donc pas savoir que pour 70 % des personnes, il s’agit de sollicitations insupportables comme l’explique le livre blanc de l’action commerciale édité par IKO System.

Les conséquences sont d’ailleurs de taille. L’an dernier, un million et demi d’appels et SMS indésirables ont été dénoncés aux autorités contre 900 000 en 2014.

Une solution fragile

Bloctel va-t-elle être la solution que tout le monde attend ? Pour combattre le harcèlement téléphonique, l’Etat n’en est pas à sa première idée. En 2011, le site Pacitel devait permettre aux particuliers de s’inscrire sur une liste rouge supposée interdire ces appels et SMS. Le système avait une faille, celle de reposer sur le volontariat des entreprises qui ne subissaient pas de sanctions, mais s’engageaient à arrêter d’appeler ces consommateurs.

Après cet échec, Bloctel est la nouvelle solution. Le principe est identique, on s’y inscrit si l’on souhaite éviter ces démarchages et l’on peut signaler les numéros qui continuent à appeler. L’inscription sera valable un an. Martine Pinville, secrétaire d’Etat chargée, du commerce explique, « Bien évidemment, je garantie que cela va marcher. » Tout en nuançant « S’il y avait dans certains cas, un démarchage quand même abusif, il faudra à ce moment-là, relever le numéro de téléphone et si vous pouvez, le nom de la société qui a appelé, nous le signaler sur www.bloctel.gouv.fr ou bien le signaler à la Direction Générale de la Concurrence et de la Consommation et ensuite, nous, on fera les poursuites nécessaires. Le problème est que ces appels émis en télémarketing dissimulent leur numéro de téléphone à l’étranger ou sous un numéro d’emprunt, ce qui rend identification quasiment impossible.

Autre souci de la plateforme, elle n’inclut dans son principe que les appels. Les SMS restent très nombreux, le consommateur ne pourra pour le moment pas les signaler.

 

PARTAGER
Anne
Rédactrice Web & Bénévole chez Axonpost.com pour ma veille personnelle et professionnelle.

Laisser une réaction