Qu’est-ce qu’un mémoire technique?

0
95

Le mémoire technique est un document qui accompagne un dossier en réponse d’un appel d’offres. Appelé également mémoire justificatif ou note méthodologique, il permet à chaque répondant de détailler ses compétences techniques afin que l’organisme décisionnaire, qu’il soit public ou privé, puisse les apprécier et les évaluer avant de prendre sa décision.

Mémoire technique : la définition

Le mémoire technique est une pièce importante à fournir dans un dossier d’appel d’offres. Il est dans la plupart des cas obligatoire, toutefois, il existe certaines exceptions où l’organisme décisionnaire n’en juge pas l’utilité. Tous les candidats à un appel d’offres se doivent donc de le fournir au pouvoir adjudicateur afin d’appuyer leur offre technique et de mettre en valeur leurs compétences. Le mémoire technique est un document unique, propre à chaque répondant. Même si l’utilisation de modèles est courante, cela reste une pratique très controversée que beaucoup d’acheteurs publics n’apprécient guère et qui peut être un motif de disqualification. Par ailleurs, selon le CCAP, le mémoire technique peut devenir un engagement contractuel.

Un mémoire technique peut revêtir plusieurs appellations selon l’acheteur. On le rencontre le plus souvent sous les termes : mémoire justificatif ou note méthodologique, mais il arrive que certains acteurs du milieu utilisent les termes : mémoire explicatif, mémoire technique justificatif, notice technique ou encore offre technique. Il faut retenir qu’il s’agit d’un seul et même document.

A quoi sert un mémoire technique ?

Chaque soumissionnaire est évalué systématiquement par l’organisme décisionnaire. Le mémoire technique devient ainsi le document à partir duquel il est possible de juger de la valeur (ou de la qualité) de son offre. Le document traduit ainsi son savoir-faire et bien plus encore. En effet, grâce à cette pièce que le répondant informe sur ces réelles capacités techniques et financières. Il y détaillera les moyens (humains, technologiques, matériels) à sa disposition pour la bonne mise en œuvre du projet. Il y justifiera sa maîtrise d’œuvre, c’est-à-dire à quel point son offre peut répondre entièrement à l’appel d’offres et comment il peut satisfaire les attentes.

Chaque note méthodologique est non communicable, dans le sens où les dossiers fournis par un soumissionnaire ne peuvent être transmis à un autre, surtout pas lorsqu’il est évincé lors de l’attribution du marché. Toutes les informations qu’elle comporte sont ainsi protégées par le secret industriel et commercial.

Le contenu d’un mémoire technique

En règle générale, aucune structure définie n’est exigée dans la rédaction d’un mémoire technique, ce qui laisse au soumissionnaire une grande marge dans la réalisation du document. Parfois, certaines parties relèvent purement d’un intérêt commercial, contrairement à ce que pourrait suggérer le nom du document. Voici donc quelques paragraphes indispensables :

– présentation de l’entreprise,

– références,

– la méthodologie de mise en œuvre,

– les plans d’exécution,

– le planning détaillant chaque étape de l’offre,

– le détail des moyens humains et matériels,

– les différentes solutions proposées par le soumissionnaire pour répondre parfaitement aux attentes du client et les avantages qui en découlent,

– les contraintes…

Une offre technique nécessite une attention particulière, car elle doit être personnalisée. La plupart des acheteurs l’exigent et préviennent les soumissionnaires quant à d’éventuels mémoires techniques types.

PARTAGER
Adrien
Entrepreneur Web - Je veille sur l'actualité des Startups et du monde numérique !

Laisser une réaction