Quelques techniques pour alléger la fiscalité d’un chauffeur VTC

0
174
appli uber

Comme n’importe quel professionnel, un chauffeur VTC doit payer divers impôts. S’ils sont trop élevés, ils pourront alourdir les charges et réduire ainsi la rentabilité de son activité. Si c’est votre cas, l’application de quelques techniques d’optimisation fiscale est nécessaire. Découvrez justement les impôts à payer et quelques astuces pour les réduire.

Payer moins de TVA

Un chauffeur VTC doit s’acquitter d’une TVA ou Taxe sur la Valeur Ajoutée. C’est un impôt direct  de la consommation qu’on applique au chiffre d’affaires hors taxe. Son taux dépend de la nature de l’activité. Il est de 10% en cas de transport de voyageurs et de 20% en cas de mise à disposition de véhicule. Pour une société VTC ayant un chiffre d’affaires inférieur ou égal à 33.200 €, il est possible de réduire la TVA en misant pour la franchise en base de TVA.

Payer moins d’IS

L’impôt sur les sociétés (IS) est une taxe prélevée sur les bénéfices réalisés au cours d’un exercice comptable. Comment réduire son montant ? Il faut pour commencer minimiser le taux d’impôt et le résultat. Ensuite, on doit optimiser les charges déductibles comme le carburant et les frais de voyage et les crédits d’impôt. Enfin, il faut bien gérer les déficits antérieurs. Notons que si l’entreprise a enregistré une perte, il est possible de reporter ce déficit sur les résultats des années qui suivent et de réduire ainsi l’IS.

Bien choisir entre l’IS et l’IR

Pour alléger sa charge fiscale, une société VTC devrait également bien choisir son régime d’imposition. Le choix se fait entre l’IS et l’IR. Pour l’IS, le paiement de l’impôt est à la charge de la société. En revanche, pour l’IR, la base imposable est obtenue en additionnant le résultat aux autres revenus du dirigeant. Si la tranche d’imposition de ce dernier est de 0 à 14%, l’IR est le régime à privilégier.

Profiter de l’exonération d’IR pour l’exploitant

Quand un dirigeant met son véhicule personnel à la disposition de la société, il a droit à des indemnités kilométriques. Le montant est fixé par le barème mis au point par l’administration fiscale et l’URSSAF. Il varie en fonction du kilométrage et de la puissance fiscale de la voiture. Notons que les indemnités kilométriques sont exonérées de cotisations sociales et fiscales. Autrement dit, ce sont des revenus exonérés d’IR. Un dirigeant qui souhaite réduire sa charge fiscale devrait donc mettre son véhicule personnel à la disposition de son entreprise VTC.

Source : https://www.stephcar-riviera.fr/

 

PARTAGER
Josselin
Passionné par l'informatique depuis ses 13 ans, Josselin Leydier a lancé en 2006 son premier site internet. Rapidement, le passe-temps devint passion et plus jamais il ne quittera des yeux les nouveautés liées au web.

Laisser une réaction