Crédit immobilier : vers un meilleur encadrement de domiciliation des revenus

0
145

Un nouveau décret a été annoncé par le ministre de l’Economie, Bruno le Maire le 03 juin 2017 qui concerne les salaires à 10 ans dans les contrats de prêt immobilier. L’annonce concerne la mobilité bancaire, un point idéalisé par Emmanuel Macron depuis sa prise de pouvoir à la tête du gouvernement actuel.

Cette loi a été mise en œuvre le 1er janvier 2018 qui dicte que les établissements financiers n’auront plus le droit de forcer les emprunteurs à faire domicilier leurs revenus durant plus de 10 ans. Ainsi, le nouveau ministre de l’Economie fera circuler « l’information » auprès des clients et pour les banques « la concurrence entre les banques ».

Des contrats plus transparents pour les emprunteurs

La loi Macron a été mise en œuvre pour la mobilité bancaire. Et pourtant, la domiciliation des salaires durant le contrat bancaire empêche le bon fonctionnement de cette mobilité. Les procédures s’avèrent alors plus compliquées que prévues. Malgré cela, le cabinet de Bruno Le Maire s’active pour que le changement s’opère le plus rapidement possible. Appliquée depuis le 06 février 2017, la mobilité bancaire favorise le changement de banque à cause de la facilité des actions prévues à cet effet.

Toutes les banques qui proposent des crédits immobiliers devront informer leurs clients de cette nouvelle loi en vigueur, ainsi que, sa nature, les avantages liés, d’ailleurs ces détails sont bien mentionnés dans le rapport du Conseil des ministres. Dès février les taux seront connus automatiquement par les emprunteurs suite à la domiciliation des salaires. Ils connaîtront aussi, les conséquences d’un éventuel actent de changement sans préavis de sa banque.

La domiciliation des revenus : un levier de fidélisation pour les banques

Le changement concernant le prêt bancaire est freiné à 10 ans pour la domiciliation de revenu. Par ailleurs, la domiciliation ne peut pas dépasser la date de la durée du prêt. Une fois ce délai dépassé, les débiteurs pourront changer de banque, sans pour autant perdre les avantages liés au prêt durant le paiement total de sa dette. Mais, cette loi ne change pas grand-chose aux démarches des établissements financiers, qui avant, selon les lois Lagarde et Hamon, ont déjà instauré pour faciliter la mobilité bancaire aux clients des banques. Il s’agit notamment d’une instauration de la possibilité de résiliation tous les ans, à la date d’anniversaire du contrat.

A la différence des assurances, où le contrat est un élément important, les établissements financiers, eux, devront faire plus de publicité, afin de, satisfaire leur client et de les inciter à rester chez eux pour effectuer les différentes démarches. Face à la concurrence qui se multiplie dans le secteur, les banques devront améliorer quotidiennement leurs offres, pour attirer plus de clientèle, et, il ne faut pas trop compter non plus sur la domiciliation bancaire qui se fait rare de nos jours. Il convient de juste attendre son résultat final, et voir ce que cela va apporter au secteur.

PARTAGER
Kevin
Passionné d'immobilier et de placement, j'aime publier mes découvertes

Laisser une réaction