La réforme assurance-chômage

0
143
PHOTO FRANCOIS DESTOC / LE TELEGRAMME QUIMPERLE (29) : pôle emploi chômage recherche de travail

C’est la première grande réforme annoncée par le gouvernement d’Edouard-Philippe depuis la fin du mouvement « gilets jaunes» et malgré les critiques, elle semble s’inscrire, sans grandes concessions, dans la continuité du programme d’Emmanuel Macron de faire des économies drastiques à tous les niveaux. Découvrons les grandes lignes de cette réforme et ce qu’elle va changer dès son application.

Durcir les règles d’accès à l’assurance-chômage

Annoncée ce lundi 17 juin 2019 par le Premier Ministre Français, la réforme assurance-chômage prévoit de changer les règles d’accès à l’assurance-chômage en rehaussant la durée nécessaire à l’ouverture des droits. Parmi les mesures, il y aura par exemple l’augmentation de la durée de travail minimum requise pour pouvoir toucher l’indemnisation qui passera de 4 à 6 mois. Selon le gouvernement, la conjoncture s’améliore et les projets de création d’emplois de plus en plus nombreux, ce qui devrait permettre de transformer le marché du travail et de faire de vraies économies. L’État espère faire économiser environ 3.4 milliards d’euros d’économies aux partenaires sociaux sur la période 2019-2021.

Réduire le plafond d’indemnisation

La réforme assurance-chômage n’a pas que des visées économiques. De nouvelles règles seront ainsi appliquées sur l’indemnisation du chômage comme une révision du plafonnement d’indemnisation des cadres ou l’application d’allocations dégressives en cas de démissions pour les salaires les plus élevés à partir du 6ème mois d’indemnisation. Les syndicats s’opposent à ces changements de règles estimant qu’une baisse du plafond pourrait précariser davantage les chômeurs.

Réduire la précarité de l’emploi

Muriel Pénicaud, ministre du Travail, reconnaît la possibilité d’une transition difficile, mais prône la nécessité d’une telle réforme pour faire baisser le nombre de demandeurs d’emploi entre 150 000 et 250 000 dans la foulée. Des mesures seront donc retenues pour encourager le retour à l’emploi à l’aide de formation professionnelle et de plan d’investissement dans les compétences.

La réforme prévoit également des sanctions contre les employeurs qui abusent des contrats de courte durée en proposant l’instauration d’un bonus-malus sur les cotisations patronales. Cette proposition est cependant limitée à 7 secteurs d’activités : fabrication de denrées alimentaires, activités scientifiques et techniques, hébergement et restauration, métiers de l’assainissement de l’eau et traitement des déchets, transport et entreposage, fabrication de produits en caoutchouc et plastiques, travail du bois et industrie du papier-imprimerie.

PARTAGER
Anne
Rédactrice Web & Bénévole chez Axonpost.com pour ma veille personnelle et professionnelle.

Laisser une réaction