L’observatoire des loyers toulousains

0
1152

Jusqu’à la prochaine rentrée, les pouvoirs publics de Toulouse prévoient de lancer un observatoire des loyers toulousains. Présenté le 20 mai dernier à l’Agence d’urbanisme et d’aménagement Toulouse aire urbaine (Auat), l’observatoire prendra la place du dispositif d’encadrement des loyers prévu par la loi Alur.

La Ville Rose refuse la mise en place d’un encadrement des loyers

Pour rappel, la loi Alur avait préconisé l’instauration d’un dispositif d’encadrement des loyers notamment dans les zones tendues. Si Toulouse faisait partie des villes élues pour le dispositif, son conseil municipal a choisi de refuser sa mise en place. En revanche, la métropole s’est dotée d’un observatoire des loyers en intégrant ainsi le réseau national des 23 observatoires dispersés sur l’ensemble du territoire.
La raison d’un tel refus a été selon Franck Biasotto (adjoint au maire de Toulouse en charge du logement et président de la commission Habitat à Toulouse Métropole), la crainte d’un « signal négatif pour les investisseurs ». Toulouse a ainsi préféré miser sur la pédagogie et la confiance envers les acteurs du logement.

Pourquoi un observatoire des loyers ?

Toujours d’après Franck Biasotto, « cet observatoire permettra une meilleure visibilité du marché et sera une précieuse aide pour les élus en matière de politique du logement ». Ainsi, la programmation de la construction de logements neufs sera facilitée. Mais encore, le planning sera bien en adéquation avec les besoins réels et l’offre disponible sur le territoire. Mais encore, l’instauration de ce dispositif sera pour la transparence sur l’état du marché. Non seulement utile pour le grand public, il sera également indispensable aux professionnels de l’immobilier.

Comment fonctionne le dispositif ?

D’abord, il faut savoir que l’observatoire des loyers ne s’applique que pour le parc locatif privé qui constitue pour sa part près de 145.000 logements dans l’agglomération de Toulouse. Ensuite, comme l’Etat se trouve être l’initiateur du projet Observatoire des loyers dans le cadre de la loi Alur, elle finance à 70% le coût de fonctionnement du dispositif toulousain qui s’élève à près de 180.000 €. Enfin, les renseignements fournis par l’observatoire donneront une approximation du loyer moyen par zone, quartier, par rue, par type de logement,… En effet, les recherches ne se feront pas logement par logement.

Qu’en est-il des premiers résultats ?

Les résultats obtenus suite aux premières recherches effectuées ont fait état d’un loyer mensuel moyen de 10,3 à 11 € par m². Sachant que la métropole toulousaine est la 4ème ville française dans laquelle se construisent 3.250 logements neufs à Toulouse chaque année, elle se situe cependant derrière Nice dont le loyer mensuel moyen est de 15 € par m², Lille avec 14 € le m² et Lyon avec une moyenne de 13,2 € le m². En ce qui concerne le loyer mensuel pour un appartement de type T1 à Toulouse, il faudra compter environ 403 €. Un T2 s’arrache à environ 503 € le mois et un T3 se loue à 636 € le mois. Quant aux maisons de type T5, il faudra payer plus de 1.000 € pour louer ce genre de bien.

PARTAGER
Beaucoup de sujets, toujours liés au Web depuis des années maintenant. Je veille et j'écris sur ce qu'il me plait !

Laisser une réaction