Que faut-il retenir de la loi de transition énergétique ?

0
981

C’est sans aucun doute l’une des lois les plus emblématiques du quinquennat du président François Hollande. En effet, la loi de transition énergétique pour la croissance verte a été publiée le 18 août 2015 au journal officiel et présentée par Ségolène Royale. Cette loi, dont les grandes lignes consistent à une réduction de la consommation énergétique et surtout à la mise en place d’une réelle stratégie qui permettrait de rendre les bâtiments plus économes, les transports plus propres et surtout un meilleur recyclage des déchets, s’inscrit dans le cadre d’une politique internationale de lutte contre la dégradation du climat. De ce fait, l’application de cette loi permettrait de concilier la vie de tous les jours avec le respect de l’environnement et la réduction des gaz à effet de serre.

Une baisse du nucléaire

En effet, c’était l’un des arguments les plus défendus lors de la campagne électorale du président Hollande. Aujourd’hui, la loi de transition énergétique pour la croissance verte reprend le même argument et opère une manière de la respecter. En effet, avec un partenariat noué avec les écologistes, la loi de transition énergétique prévoit de faire passer la part du nucléaire dans la production énergétique française de 75 % à 50 % d’ici 2025. Pour cela, la loi prévoit une meilleure utilisation des énergies renouvelables en augmentant leur part de 13.7 % en 2012 à une valeur de 30 % en 2030.

La réduction des gaz à effet de serre et une hausse du coût du carbone

En phase avec la conférence internationale sur le climat, cette réduction des gaz à effet de serre permettrait une meilleure sauvegarde du climat. De ce fait, la loi de transition énergétique prévoit une baisse de 40 % d’ici 2030 et qui s’effectuera par palier de cinq ans. Dans un premier temps, l’application de cette mesure de baisse des gaz à effet de serre inclut une hausse du prix du carbone. Cela consistera à une hausse de la facturation des entreprises sur leurs émissions en CO2. La réglementation près de Marseille sera aussi similaire. En effet, le prix du carbone sera multiplié par quatre et passera de 22 euros par tonne en 2015 à 100 euros la tonne en 2030.

Une meilleure gestion alimentaire

Une meilleure gestion alimentaire passera par des mesures d’interdiction encore plus poussées qui empêcheront aux grandes surfaces de jeter leurs invendus. À la place, elles seront obligées de les redistribuer aux associations en charge de l’aide alimentaire, de l’alimentation animale ou simplement aux usines de compostages. Toutes ces réglementations, y compris la réglementation près de Marseille, seront donc suivies de mesures d’accompagnement.

PARTAGER
Nantais dynamique, entrepreneur et fan de nouvelles technologie, j'aime la vie et voilà !

Laisser une réaction