Comment utiliser sa trottinette électrique en zone urbaine ?

0
630

Silencieuse et non polluante, la trottinette, de plus en plus, est en passe de devenir le véhicule incontournable pour les déplacements en ville, et même quelquefois, pour des excursions dans les zones de banlieues.

De plus, elle est plus économique que la voiture, avec néanmoins le seul inconvénient de ne pouvoir transporter qu’un seul et unique occupant.

Mobilité et légèreté, des atouts majeurs !

Il est important, de nos jours, de pouvoir bénéficier d’une très grande mobilité pour pouvoir honorer les divers engagements professionnels et autres qui sont les nôtres au quotidien.

En effet, dans le cadre de nos grandes villes, où circuler devient un casse-tête dont il est difficile de se dépêtrer, avec les interminables embouteillages que l’on rencontre dans les rues, il est de plus en plus nécessaire de trouver des solutions de déplacements alternatifs à l’automobile.

D’où le succès de la trottinette électrique qui offre une bonne solution de mobilité, dans des situations d’embouteillage ou même pendant les situations de grève dans les transports en commun.

Un essor bien encadré

Devant l’essor de ce mode de déplacement, et pour éviter les débordements divers pouvant découler de son utilisation, la nécessité d’une réglementation pour l’utilisation de ce mode de transport est devenue de plus en plus évidente. D’où la loi du 25 Octobre 2019 sur les EDPM (Engin de déplacement Personnel Motorisé).

Désormais, les trottinettes électriques sont reconnues comme un moyen de déplacement au quotidien. A cet effet donc, la loi impose des contraintes sur les machines en matière de vitesse, éclairage etc., le port des divers équipements, les endroits où on peut rouler, ainsi que diverses autres interdictions.

La non-conformité à la loi peut ainsi coûter cher et entrainer des amendes allant jusqu’à 1.500 euros, ou même la confiscation pure et simple de son engin.

PARTAGER

Laisser une réaction