Les exigences en matière de formation pour les détectives privés en France

0
564

La profession de détective privé, avec sa réputation sulfureuse, intrigue. Alors qu’un centre de formation continue dédié à l’activité vient d’ouvrir ses portes à Vannes, nous avons essayé d’établir le profil requis pour exercer dans ce domaine.

Une mise à niveau obligatoire tous les cinq ans

Ginette Bizeul, la fondatrice du centre, explique que les agents de recherches privées, comme la loi les désigne, doivent effectuer une remise à niveau tous les cinq ans pour être autorisés à poursuivre leur activité. La réforme a pour objectif d’assainir un métier qui traîne derrière lui une « réputation un peu fumeuse, avec parfois des méthodes de barbouze ».

La formation, qui dure 35 heures étalées sur six jours, aborde différentes thématiques, dont la déontologie, les libertés fondamentales, la sécurité intérieure, etc. Elle est dispensée par des professionnels qualifiés : avocats, ancien agent de la DGSI, commandant de police à la retraite… Ginette Bizeul est elle-même une experte en criminalistique indépendante autrefois affectée à la police scientifique.

Son laboratoire d’études et d’investigations en sciences criminelles, créé pour répondre à l’insuffisance de l’offre de formation, détient une certification de l’État et un agrément du Conseil national des agents privés de sécurité (Cnaps), sachant que les détectives privés partagent leur statut avec les convoyeurs de fonds, les agents de sécurité et les gardes du corps.

Des formations spécialisées pour devenir détective privé 

Les « stagiaires » du Lab’Crim sont des professionnels aux profils très divers, mais dont la grande majorité a un passé dans la police ou la gendarmerie.

Mais avec le durcissement continu de la réglementation au cours des deux dernières décennies, il ne suffit plus de se présenter à la préfecture pour avoir le droit de se lancer. Les nouveaux arrivants doivent en effet être titulaires d’un diplôme spécifique de niveau bac +2 ou plus. Plusieurs voies sont possibles : les licences professionnelles proposées par les universités de Nîmes et Paris II ou encore les formations initiales homologuées disponibles dans les catalogues de l’École Supérieure des Agents de Recherches Privées (ESARP) et de l’Institut de Formation Agent de Recherche (IFAR), particulièrement adapté pour ceux qui projettent d’ouvrir une agence de détective privé à Paris.

Si l’objectif commun des 900 détectives privés de France est d’obtenir les preuves utilisables devant les tribunaux, la nature des missions diffère. Certains, dits « généralistes », interviennent principalement dans les affaires privées, en assurant la filature de « proches » de leurs clients. D’autres en revanche se spécialisent sur un segment précis, comme l’assurance, pour le repérage de fraudes ou d’escroqueries ou les enquêtes de solvabilité. Ils sont également de plus en plus nombreux à proposer leurs services en matière de cybercriminalité, de blanchiment ou d’espionnage industriel.

PARTAGER
Adrien
Entrepreneur Web - Je veille sur l'actualité des Startups et du monde numérique !

Laisser une réaction