Quelques conseils pour une rénovation écolo

0
431

Pour savoir si un matériau de construction est écologique ou non, il faut se demander d’où il vient, comment il a été produit, à quel point il est durable, s’il est recyclable et quel entretien il exige. S’il vient de l’autre bout du monde, le transport a nécessité beaucoup d’énergie et a dégagé une bonne dose de gaz à effet de serre. Le plastique, quant à lui, est issu du pétrole, une ressource non renouvelable et difficile à recycler. Évitez l’aggloméré de bois traditionnel, fabriqué avec une colle qui comporte de l’urée-formaldéhyde, un composé toxique. Cet aggloméré émet aussi des composés organiques volatils (COV), qui contribuent au smog. Optez plutôt pour le contreplaqué, qui contient beaucoup moins de colle, ou un aggloméré de bois avec une colle à base de soja, sans formaldéhyde. Si vous devez vous servir de panneaux qui contiennent du formaldéhyde, scellez toutes leurs surfaces brutes avec une couche de peinture à l’eau pour y emprisonner les polluants.

Autres conseils écolos

Ci-dessous trois autres conseils pour une meilleure rénovation écolo. Si vous cherchez le professionnalisme, je vous suggère les services d’une entreprise de rénovation montpellier que j’ai recours pour des travaux de rénovation pour mon appartement.

Privilégiez le bois certifié par le FSC, qui garantit une bonne gestion des forêts. On trouve des planchers, madriers ou portes en bois FSC dans plusieurs magasins.

Évitez les couvre-sols dérivés du pétrole, comme le vinyle, ou les tapis à base d’oléfine ou de polypropylène. Favorisez les matières naturelles comme la céramique, le bambou, le bois massif ou le linoléum. Celles-ci ne dégagent pas de COV, se recyclent mieux et durent plus longtemps. Les moquettes à base de fibres naturelles comme le sisal, la laine ou la noix de coco sont aussi de bons choix. Leur prix et leur entretien équivalent à ceux des autres moquettes. On les trouve dans les magasins de décoration et dans certaines quincailleries.

Recyclez les déchets de chantier pour éviter d’encombrer les sites d’enfouissement. Pour trouver un point de collecte, consultez le Répertoire québécois des recycleurs, récupérateurs et vaporisateurs.

PARTAGER
Adrien
Entrepreneur Web - Je veille sur l'actualité des Startups et du monde numérique !

Laisser une réaction