Prévision 2018 sur les taux de prêt immobilier

0
378

Loin de la hausse annoncée par les experts au début de l’année, la clôture du premier trimestre 2018 nous montre que les taux du prêt immobilier varient actuellement entre stabilité et légère baisse. Ce qui laisse présager un deuxième trimestre plus favorable pour attirer les ménages indécis.

Que dire sur le taux ?

Depuis août 2017, le taux diminue de 2 points de base (0,02 %) par mois. En total, cela donne une baisse de 16 points de base soit 0,16%. Pour les banques, une baisse est envisageable jusqu’à 0,5 %, soit une marge encore large mais la question est : les banques peuvent-elles encore prêter à marge réduite ? Pour le moment, aucun voyant n’est encore allumé pour indiquer une possible hausse. Au contraire, les établissements de crédit se montrent beaucoup plus compréhensifs en relançant les prêts avec une durée de 30 ans et plus.

En parallèle, deux facteurs peuvent influencer différemment le taux de crédit. Primo, il y a la reprise de l’inflation qui peut entrainer une hausse. De l’autre, la baisse des prêts aidés comme l’APL et le PTZ en zone rurale ainsi que la limitation de la loi Pinel et du PTZ logement neuf pourraient freiner l’ardeur des acquéreurs. Face à cela, les banques peuvent réduire leur taux pour attirer les clients.

Pour les emprunteurs, pas d’inquiétudes !

Du côté des emprunteurs, il n’y a pas à s’en faire puisque les taux tendent vers leur taux historiquement bas de 2017. A ce rythme, même une hausse de +0,50% dans un futur proche serait toujours admissible. De plus, les banques deviennent plus clémentes sur les conditions d’obtention de prêts. A titre d’exemple, s’il a fallu un revenu net de 3 000 € en 2008 pour pouvoir prétendre à un emprunt de 150 000 €, 10 ans plus tard, il suffit d’un revenu de ménage de 2 200 € pour être candidat au même montant de prêt.

Au delà des taux moyens, l’emprunteur a tout intérêt à soigner son profil personnel. C’est une astuce pour obtenir un prêt immobilier attractif. Il faut savoir que sur un crédit de 200 000 sur 25 ans, la différence peut être de 23 000 euros selon les individus. Le profil de l’emprunteur est une donnée très prise en compte par le banquier. Si les cadres, les médecins et les hauts-fonctionnaires n’ont pas de mal à emprunter à bon taux, pour les autres passer par un courtier immobilier semble une bonne alternative afin d’avoir une négociation agressive qui permette de décrocher le meilleur taux. Outre l’aspect négociateur, c’est son côté conseiller qui apporte de la plus-value à cette collaboration. Le courtier peut en effet donner des clés pour améliorer son profil emprunteur.

PARTAGER
Erwan
Spécialiste E-commerce et affiliation. Je discute de ces sujets et du commerce sur internet en général.