Alternance : une solution pour atteindre le plein emploi en France

0
693

Le concept du plein emploi en France

Les économistes considèrent que grâce à l’apprentissage, il est possible d’atteindre le plein emploi, un objectif majeur de la politique économique. Dans sa définition financière, le plein emploi correspond à une situation où toute la population active peut théoriquement trouver un emploi correspondant aux salaires du marché. Cependant, ce n’est pas le cas actuellement. On parle alors d’un chômage « frictionnel », qui correspond aux périodes de transition entre deux emplois, par exemple. Pour la France, le plein emploi serait efficace avec un taux de chômage autour de 5%.

Les limites du plein emploi

Il est important de nuancer l’idée selon laquelle le plein emploi serait la solution miracle à tous les problèmes liés au travail. En effet, le plein emploi ne signifie pas la disparition du sous-emploi et ne peut être le seul objectif d’une politique économique. L’apprentissage représente cependant une voie prometteuse pour s’en rapprocher.

L’apprentissage comme vecteur d’employabilité

Les contrats d’apprentissage sont particulièrement avantageux pour les entreprises et permettent une intégration professionnelle rapide des jeunes diplômés. Ils offrent également aux entreprises des charges sociales réduites et des contrats à durée déterminée, ce qui facilite l’embauche de jeunes employés même dans des structures économiquement fragiles. De plus, les programmes d’apprentissage sont de plus en plus appréciés par les recruteurs et les étudiants.

Les mesures gouvernementales en faveur de l’apprentissage

Conscient de ces enjeux, le gouvernement français travaille depuis plusieurs années à dynamiser l’apprentissage. Malgré les aides promises par la loi Avenir professionnel de 2018, le développement des alternants été mis en danger par la crise économique et sanitaire en cours. Face à la Covid-19, le gouvernement cherche à renforcer l’employabilité des jeunes grâce au plan « 1 jeune, 1 solution » lancé en juillet 2020.

Stimuler l’employabilité des jeunes pour se rapprocher du plein emploi

Le gouvernement souhaite atteindre l’objectif de plein emploi fixé par le Président de la République et a dévoilé ses projets prioritaires en matière de travail le 12 septembre dernier. Parmi eux, on retrouve la promotion des contrats d’alternance ainsi que des Contrats d’Engagement Jeunes. Ces mesures s’inscrivent dans le cadre du dispositif « 1 jeune, 1 solution ».

  • Développer davantage les dispositifs d’apprentissage dans les entreprises
  • Promouvoir l’idée d’un contrat d’engagement pour les jeunes afin d’accroître leurs chances de trouver un emploi
  • Favoriser l’accompagnement personnalisé pour faciliter la transition entre deux emplois
  • Mettre en place des mesures d’aide financière pour les employeurs souhaitant recruter des jeunes diplômés

En somme, le gouvernement français mise sur l’apprentissage et les programmes similaires pour stimuler l’employabilité des jeunes et se rapprocher du plein emploi. Ces mesures devraient contribuer à dynamiser l’économie nationale et réduire les inégalités professionnelles, notamment entre les jeunes et les seniors touchés de manière plus sévère par les crises économiques.

L’apport crucial des écoles supérieures dans l’intégration des alternants

Au-delà des dispositifs gouvernementaux, les écoles supérieures jouent un rôle central dans l’essor de l’alternance et l’intégration des jeunes au monde professionnel. En effet, ces établissements sont les catalyseurs du lien entre théorie et pratique, un équilibre essentiel à l’apprentissage.

Les écoles, notamment celles présentant un bon taux de réussite, en étroite collaboration avec les entreprises, élaborent des programmes pédagogiques qui répondent aux exigences actuelles du marché de l’emploi. Cela garantit aux étudiants une formation adaptée aux réalités professionnelles, leur permettant d’être opérationnels dès leur entrée dans le monde du travail.

Un réseau professionnel solide

Grâce à leurs partenariats avec des entreprises de divers secteurs, les écoles supérieures de commerce, de management et de marketing offrent à leurs étudiants un accès privilégié à un vaste réseau professionnel. Ceci facilite non seulement la recherche de contrats d’apprentissage, mais également l’insertion professionnelle à l’issue de la formation.

Les écoles supérieures mettent en place des dispositifs d’accompagnement pour les étudiants, allant de la préparation aux entretiens d’embauche à des ateliers de développement personnel. Ces dispositifs visent à renforcer la confiance des étudiants et à affiner leurs compétences, les préparant ainsi à relever les défis du monde professionnel.

Avatar
Webmaster et éditeur de sites Web. Je partage ma veille sur l'actualité sur Axonpost

Laisser une réaction