APB ouvre ses portes, avec certaines interrogations…

0
565

Ce vendredi 20 mars, la plateforme d’orientation Admission Post Bac (APB) ouvre ses portes à des centaines de milliers de lycéens et d’étudiants. Mais les interrogations autour des différents critères de sélections et de l’algorithme de la plateforme sont toujours nombreuses.

La plateforme Admission Post Bac (APB) ouvre aujourd’hui. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que cette année, le ministère a décidé de faire profil bas. Ces dernières années, Najat Vallaud-Belkacem et ses successeurs avaient pris l’habitude de présenter les dernières nouveautés APB à la presse. « Cette année, aucune communication n’a été faite autour du sujet », remarque Wally Bordas, journaliste spécialisé dans l’enseignement supérieur.

Un algorithme qui dérange

Comment expliquer ce silence ? Pour Wally Bordas, « il y a un lien direct entre la publication il y a quelques semaines du code source d’APB par le ministère et son silence actuel. La révélation de l’algorithme devait éclaircir les choses sur certains points bien précis. Au final, elle n’a fait que soulever de nouvelles interrogations », commente-t-il.

Après un long bras de fer avec l’association Droits des lycéens, le ministère a été contraint de publier l’algorithme du portail APB. Celui-ci a été analysé par de nombreux codeurs. Mais personne ne l’a compris. « Je dois avouer qu’en consultant le fameux « code source d’APB », j’ai été pris d’un rire nerveux. Le document communiqué par le Ministère est un courrier papier d’une vingtaine de pages comprenant des centaines de lignes de code difficilement compréhensibles. L’enjeu est pourtant crucial : il s’agit de vérifier si les élèves de terminale sont tous traités de manière équitable. Pourtant, le support adressé à l’association semble être volontairement difficile de compréhension pour ralentir l’analyse de l’algorithme. Si le Ministère avait joué le jeu, il aurait fourni un fichier exploitable, exécutable et compréhensible », explique Guillaume Ouattara sur son blog L’ingénu-ingénieur sur LeMonde.fr.

Des critères discriminants

Selon les premières analyses du code, il ressort que les universités auraient la possibilité de présélectionner les candidats sur dossier ou sur prérequis. Les formations sélectives, elles, pourraient sélectionner les élèves en fonction de leur sexe, de leur pays de naissance, de leur nationalité et de leur établissement d’origine. Enfin, les lycéens seraient prioritaires sur les élèves en réorientation dans les filières dites « en tension ». Pour l’instant, aucune de ces affirmations n’a été confirmée par le ministère.

Malgré cela, la procédure 2017 d’Admission Post Bac va bien avoir lieu… Avec toutes les interrogations qu’elle suscite. Et il est fort à parier que plus préoccupé par les prochaines échéances électorales, le ministère ne communique plus du tout sur le sujet.

En 2016, 27% des bacheliers professionnels n’ont obtenu aucun de leurs vœux d’études supérieures. Un chiffre qui prouve qu’à l’heure actuelle, tous les lycéens ne parviennent pas à trouver leur formation grâce à cette plateforme. De quoi nourrir quelques inquiétudes pour les lycéens se lançant dans la procédure en 2017…

PARTAGER
Avatar
Webmaster et éditeur de sites Web. Je partage ma veille sur l'actualité sur Axonpost

Laisser une réaction