Portrait de Patrick Legembre

    0
    353

    Récemment nommé Directeur de recherche à l’Institut National de la Santé et de la Recherche Médicale (INSERM), Patrick Legembre est un scientifique, chercheur dans le traitement du cancer et des maladies chroniques.

    Son parcours scolaire

    Héritant de la tête bien faite de son père qui fut ingénieur au centre d’étude atomique, Patrick Legembre est né en banlieue parisienne le 1er octobre 1974. Il a rapidement gravi les échelons de la scolarité et obtient son bac série C en 1992 au Lycée d’Andernos. Il poursuit ses études en allant à l’université de Bordeaux où il complète son doctorat en 2002. Dans le but de continuer son apprentissage de la médecine, il continua son périple aux États-Unis plus précisément à Chicago University jusqu’en 2004. De retour à Bordeaux, il crée un groupe de recherche qui se centralise sur le processus métastatique induit par les récepteurs de mort. Il crée de nouveau une équipe à Renne en 2010 pour enfin se baser à Limoges en 2020 où il est directeur de l’INSERM.

    Les recherches qui ont fait sa renommée

    Depuis 15 ans, Patrick Legembre se focalise sur un récepteur de mort nommé CD95 et son ligand CD95L. En clair et en bref, ces recherches permettraient la progression du lupus et l’apparition de métastase chez les patients souffrant d’un cancer de seins. Ses recherches se sont donc focalisées sur le traitement médical du cancer de seins, notamment ceux des plus agressifs. Son objectif principal est de comprendre le fonctionnement du récepteur CD95.
    En parallèle, il s’est aussi spécialisé dans la recherche sur le lupus érythémateux disséminé qui est une maladie inflammatoire chronique causée par le cancer se rapportant à l’asthme. C’est une maladie causée par le système immunitaire qui s’attaque généralement à la peau, aux reins et au cœur. Bien qu’il se manifeste différemment chez les patients, on remarque généralement des fièvres inexpliquées, des gonflements de l’articulation ou des troubles de vision.
    Au bout de ses recherches, il a pu confectionner un médicament contre le cancer. Après l’avoir testé sur les souris de laboratoires, les résultats aperçus s’avèrent probants, car certaines molécules testées ont été validées. En second, Patrick Legembre a pu créer un autre médicament appelé DB550 qui a pu soigner les Lupus sur les cobayes. Cet exploit lui octroie une publication internationale en 2018 dans un journal de renommée mondiale qui est Nature Chemical Biology. Bien que les recherches soient valides sur les souris de laboratoire, l’équipe de Patrick Legembre cherche le moyen de l’administrer à l’homme.


    Ses prix de mérite

    En 2012, 48 000 femmes ont été touchées par un cancer du sein. Parmi les différents types de cancers du sein qui existent, 10 à 20 % sont très agressifs. C’est dans cette optique que Patrick Legembre essaie d’accentuer son traitement. Le fruit de son travail lui octroie le prix Avenir Ruban Rose en 2016 pour ses travaux sur les cancers du sein. Il a également reçu le prix Jean Valade en 2018 pour la trouvaille de médicaments probants contre le Lupus et le cancer de sein.

    PARTAGER
    Entrepreneur Web - Je veille sur l'actualité des Startups et du monde numérique !

    Laisser une réaction