Gilets jaunes : le mouvement en récession ?

0
446

Le mouvement des Gilets Jaunes en France concernait au départ l’opposition aux portiques écotaxes puis à la hausse des taxes intérieures sur les produits énergétiques. Le litre du sans-plomb 95 a augmenté de 14% tandis que le litre du diesel a progressé de 22% en l’espace de 12 mois.

Vers un affaiblissement du mouvement en France

Force est de constater cependant que depuis le début de l’année, le mouvement s’essouffle et le nombre de manifestants baisse, passant de 58 600 à 51 400 gilets jaunes pour le 13ème samedi consécutif dans la circonscription parisienne.

D’abord plébiscité par la population parce qu’il défend les valeurs de la démocratie et dénonce l’augmentation du coût de la vie, le mouvement commence désormais à exaspérer les Français et notamment les commerces riverains. Ces derniers subissent les actes de vandalisme et l’insécurité liés aux manifestations qui font perdre au mouvement le soutien du public.

Une profonde méprise des médias traditionnels est également une caractéristique particulière des gilets jaunes. Ils utilisent davantage les réseaux sociaux comme source d’information alternative et de nombreux locaux et journalistes ont été victimes d’agression depuis le mois d’octobre 2018. 

En l’absence de solutions concrètes de la part du gouvernement, les Gilets jaunes organisent de plus en plus de manifestations sans renforcer la sécurité, résultant à une recrudescence de la violence. Vitrines de banque et abris bus vandalisés, voiture incendiée et violence en fin de cortège font partie de leur lot quotidien.

Les différentes idées influençant le mouvement

L’idée de l’instrumentalisation politique du mouvement de Gilets jaunes a été également évoquée notamment après le soutien non officiel, mais publiquement annoncé des piliers de la droite extrémiste. Dès lors un grand nombre de théories ont fustigé le mouvement.

L’idée d’une organisation secrète qui veut contrôler le monde est très tenace et populaire au sein du mouvement. Les manifestants sont très influencés que cela s’exprime par les clichés antisémites et des graffitis antijuifs. Sur ce plan aussi, les chiffres sont accablants. En effet, environ 44% des gilets jaunes croient en un complot sioniste à l’échelle mondiale. Un pourcentage de 23% des gilets jaunes considèrent également que l’État tente de manipuler les médias avec des fake news et transforment tous les actes ou évènements majeurs du pays comme les attentats de Strasbourg du 11 décembre 2018 comme un moyen de détourner l’attention du public.

PARTAGER
Anne
Rédactrice Web & Bénévole chez Axonpost.com pour ma veille personnelle et professionnelle.

Laisser une réaction