Réagir face à l’augmentation de taux de violence conjugale en France

0
803

La violence conjugale est destructrice à la fois pour la victime et l’agresseur. Sa tendance à être transmise de génération en génération rend d’autant plus importante le développement de méthodes efficaces de lutte contre les comportements abusifs. La violence conjugale peut être physique ou psychologique. Elle touche toute personne de tout âge, sexe, race ou orientation sexuelle. Cela peut inclure des comportements destinés à effrayer, blesser physiquement ou contrôler un partenaire. Bien que chaque relation soit différente, la violence conjugale implique généralement une dynamique de pouvoir inégale dans laquelle l’un des partenaires tente d’exercer son contrôle sur l’autre de différentes manières. Les exemples incluent les insultes et les menaces, l’abus émotionnel et la coercition sexuelle. Certains auteurs peuvent même utiliser des enfants, des animaux domestiques, ou d’autres membres de la famille en tant que levier émotionnel pour amener la victime à faire ce qu’elle veut. Les victimes éprouvent une perte de confiance en elles,de l’anxiété, de la dépression et un sentiment général d’impuissance qui peut prendre du temps et souvent être aidé par un professionnel.  

La victime

La violence conjugale est une épidémie infligée principalement aux femmes par les hommes partout dans le monde. Bien que les hommes et les femmes puissent être victimes de relations hétérosexuelles ou homosexuelles. Plus 225000 de femmes français ont été victimes de violence de la part de leurs conjoints. La révolution technologique a ouvert de nouvelles possibilités pour les agresseurs de dominer, d’intimider et de contrôler les êtres humains de leur vie par le biais de la manipulation, du cyber-harcèlement et du chantage émotionnel.

L’agresseur

Trente pour cent des femmes françaises seront violées par des partenaires intimes au cours de leur vie. Cette violence est responsable de la mort d’une femme tous les trois jours. La plupart des recherches sur la violence conjugale se concentrent sur les victimes, mais qu’en est-il des agresseurs ? Des recherches ont montré qu’uniquement 16 % des femmes portent plaintes contre leurs agresseurs. Le comportement public d’un agresseur et ses efforts pour dissimuler ses actions malignes peuvent fournir des indices clés aux étrangers sur ce qui se passe réellement.

Quelques chiffres de violences conjugales

Selon une enquête réalisée de la part de l’Agence des droits fondamentaux de l’Union européenne,la France se classe dans la quatrième position des pays européens pour le taux de femmes victimes de violence sexuelle depuis leurs 15 ans. Le Danemark est en première position avec un pourcentage de 19 %, suivie du Pays Bas et de la Suède avec 18 %. Pour la France, le taux des femmes qui ont subi des actes de violences sexuelles est de 15 %.

Le CAUVA

Crée en décembre 1999 par Sophie Gromb, le Centre d’Accueil d’Urgences des Victimes d’Agression est un refuge pour les victimes de maltraitance,de violence physique et même sexuelle. Localisé au siège de CHU de Bordeaux, le CAUVA accueil plus de 4000 victimes d’agressions chaque année. Il est considéré comme un centre unique en France, vu qu’il regroupe la prise en charge médicale,sociale et surtout juridique pour les victimes.

PARTAGER
Adrien
Entrepreneur Web - Je veille sur l'actualité des Startups et du monde numérique !

Laisser une réaction