Quels droits ont les grands-parents ?

0
1321

Si beaucoup s’accordent à dire que la relation entre un enfant et ses grands-parents est très importante, certaines situations familiales ne permettent pas toujours de maintenir ce lien dans de bonnes conditions. Le droit prévoit des solutions pour tous.

Quand le juge intervient

Séparations, décès d’un des parents, conflits, plusieurs situations peuvent mettre en péril les relations entre enfants et grands-parents. Pour ces derniers, il est possible de saisir un juge qui peut ordonner un droit de visite et/ou de contact encadré par la loi, à condition toujours que la relation ne porte pas atteinte aux intérêts de l’enfant. Son bien-être, sa sécurité et même son hygiène font partie des fondamentaux et les grands-parents concernés par les conflits et les mesures de visite doivent être aptes à s’en occuper.

Le juge fixe quelques par mois ou par an, pendant les vacances et les week-ends comme dans le cas d’un divorce ou d’une séparation, permettant des rencontres qui ont lieu soit au domicile des parents, soit dans celui des grands-parents, soit dans un lieu médiatisé en présence d’un psychologue. Cependant, il s’agit là des mesures les plus extrêmes, il existe avant d’arriver à de tels résultats la médiation familiale, qu’il faut toujours tenter de privilégier.

La médiation familiale

Comme l’explique Sabrina de Dinechin, médiatrice familiale, « il s’agit d’un processus d’apaisement des relations familiales à travers la reprise du dialogue en présence d’un médiateur, tiers neutre et impartial ». Avant d’entamer des démarches juridiques, le juge préconise la médiation familiale qui se déroule sous forme d’entretiens avec les deux parties séparément de façon à évaluer la situation. Ensuite, des séances de deux heures ensemble sont organisées avec pour but de rétablir un dialogue constructif au service des intérêts de l’enfant.

Ces séances permettent de trouver des compromis aux différents cas de conflits familiaux et mettre en place des visites, des appels téléphoniques…

Sabrina de Dinechin conclut : « lorsqu’elle n’a pas de répercussion négative sur le bien-être de l’enfant, la relation avec les grands-parents est importante à maintenir. LE lien participe de l’identité, de la culture et de la personnalité du jeune ».

 

PARTAGER
Rédactrice Web & Bénévole chez Axonpost.com pour ma veille personnelle et professionnelle.

Laisser une réaction