Gagnez en sérénité: 5 conseils pour parvenir à l’éducation positive

0
57

Perdu entre autorité et laxisme ? 

Vous voulez vous sentir en sérénité ? Ne plus crier, répéter, sans cesse les mêmes choses à vos enfants. Tout en préservant la qualité de la relation que vous entretenez avec eux. Aujourd’hui, 49% des parents rencontrent des difficultés lors de la compréhension de leur enfant. Que ce soit au niveau de leur comportement ou de leur réaction.

Etre parents, c’est travailler sur soi afin d’offrir la meilleure éducation possible. Mais, il faut savoir aussi se mettre à la place de l’enfant pour mieux le comprendre grâce à l’éducation positive. 

Voici 5 conseils visant à collaborer avec votre enfant pour parvenir à l’éducation positive. 

Une façon d’être

1) Voir les erreurs de son enfant comme des opportunités d’apprentissage

En effet, il s’agit de mettre en place des règles, fini les punitions qui ne provoquent que peine et humiliation. On utilise cette méthode: “On essaie, on avise, on corrige”. L’objectif est de réduire le rapport de force. Rendre l’enfant plus responsable de ses actes afin qu’il ne les reproduisent plus.

2) Privilégier les consignes positives

Les consignes positives dirigent l’enfant vers le comportement souhaité. Dire à son enfant: “Ne te mets pas debout sur le canapé !” va se transformer en “Sur un canapé, on s’assoie.”

D’après la psychoéducatrice Marie-Hélène Chalifour, adopter une formule de phrase négative attirerait l’enfant que sur la négativité. Son attention se portera sur ce qu’il ne doit pas faire et non sur la consigne voulu de base.

Partir d’un pied d’égalité

3) Favoriser l’autonomie de son enfant

Lâchez prise, développez une relation parent-enfant sécurisante et respectueuse. L’enfant explorera son environnement. Il aura plus de facilité à prendre ses propres choix. Ce qui lui permettra de prendre confiance en lui afin de sortir de sa zone de confort. 

4) Comprendre les émotions de son enfant et lui apprendre à les gérer

Soyez à l’écoute, la parentalité positive s’appuie sur l’importance de l’empathie. 

La région frontale du cerveau de l’enfant est encore en formation. Celle-ci permet de raisonner, résoudre des problèmes et de résister aux impulsions. Le cerveau de l’enfant n’est pas encore développé correctement, il faut savoir se mettre à sa place.

Un temps nécessaire

5) Instaurer un temps d’échange en famille (TEF)

Le temps d’échange est nécessaire. Il permet de comprendre la réalité de chacun, en lien écoute, respect et attention à l’autre. C’est un élément clé de l’éducation positive. L’échange peut se dérouler de façon meilleure grâce à un bâton de parole. Il permet de gérer les divergences et accorder un temps de parole à chacun.

La parentalité positive est donc basée sur une notion de respect de chacun des membres de la famille.

 

En effet pour parvenir à celle-ci il faut:

  • Voir les erreurs de son enfant comme des opportunités d’apprentissage,
  • Privilégier les consignes positive,
  • Favoriser l’autonomie de son enfant,
  • Comprendre les émotions de son enfant et lui apprendre à les gérer,
  • Instaurer un temps d’échange en famille.

Mais comment ne pas tomber dans la dérive toxique de la parentalité positive ?

Consultez l’article “Parentalité et toxicité” sur notre blog pour plus d’informations.

Agathe Blanc

PARTAGER

Laisser une réaction